De son œil valide, Abu Abbas fixe le cendrier posé sur la natte. Un jeune garçon autiste court autour de lui dans la tente. A sa droite, une fenêtre a été découpée dans la plaque d’aggloméré qui fait office de mur. Elle laisse passer un faible soleil, venu chasser les lourds nuages chargés de pluie de la veille.